Obtenez gratuitement le pack 

de 4 videos pour connaître les techniques de défense2

Ninjato, vous connaissez mais peut-être pas cela...Vous êtes amateur d’arts martiaux et de techniques de combat japonaises et vous avez entendu parler du ninjato.
Seulement, vous ne savez que peu de choses sur cette arme blanche et surtout sur son origine…
Je vous propose d’en apprendre un peu plus sur le ninjato et sur son utilisation.

Qu’est ce que le ninjato ?

Avant toute chose, il faut savoir qu’il n’existe aucune preuve concrète que cette arme ait existé un jour en étant utilisée en tant que telle dans l’Histoire. Comme son nom peut nous l’indiquer, cette arme était utilisée par les Ninjas du Japon.

Deux grandes idées sur l’époque pendant laquelle le ninjato était utilisé s’opposent.

La première parle d’une invention du ninjato pendant la seconde guerre mondiale.
La seconde affirme que l’arme aurait disparu lors de la restauration de Meiji (seconde moitié du 19eme siècle).

A présent, voyons pourquoi la nécessite d’inventer cette arme s’est faite ressentir et quelle a été son utilisation.

Pourquoi le ninjato a-t-il été inventé et comment était-il utilisé ?

La nécessité de créer le ninjato vient du fait que les katanas (sabres de 60 cm) utilisés jusqu’alors par les samouraïs ne convenaient pas aux Ninjas notamment lors d’escalade de murs, de passages étroits ou de dégaines dans des espaces étroits.

Également, le ninjato, au contraire du sabre, permettait le maniement d’une seule main, ce qui favorisait les techniques d’estoc dans l’art du sabre des Ninjas.

Actuellement, on peut trouver des ninjato mais d’une assez mauvaise qualité d’acier qui s’expliquerait par le fait qu’ils auraient été confectionnés par des forgerons ne maîtrisant pas les techniques de fabrication des sabres nobles.

On peut se procurer un ninjato un peu partout sur les sites Internet spécialisés, ou en magasin mais il faut garder à l’esprit que cette arme n’a peut-être jamais existé ! Vous n’aurez donc sûrement pas en main une véritable arme antique… Ou peut-être que oui… Cela laisse une belle place à l’imagination !

email
%d blogueurs aiment cette page :