Obtenez gratuitement le pack 

de 4 videos pour connaître les techniques de défense2

Violence conjugale  comment reconnaître les premiers signes chez ses proches

La violence conjugale est un véritable fléau dans nos sociétés. Les couples de tout âge, de toute catégorie sociale sont concernés.

Plusieurs facteurs peuvent interpeller les proches de victimes de violences conjugales.

Reconnaître les premiers signes de violence conjugale c’est en connaître le déroulement

 

Les cycles de la violence conjugale

Tout commence par des tensions au sein du couple. Des disputes ou intimidations qui se font de plus en plus fréquentes.

Puis viennent ensuite les premiers ‘coups’, une gifle, une insulte…

Puis après c’est l’escalade de la violence.

Il faut noter que la violence conjugale n’est pas nécessairement physique, elle peut se manifester par le biais de violences morales ou encore sexuelles.

Le repli sur soi

En général, les personnes qui subissent la violence conjugale se sentent coupables de cette situation.

C’est bien souvent le conjoint violent qui instaure ce sentiment. Par conséquent, la victime s’enferme dans le mutisme, limite ses sorties, prend contact avec

ses proches de manière plus espacé. Cet éloignement est généralement synonyme de mal être. Le fait de rompre le lien social n’est jamais bon signe.

La dépression

Une victime de violence conjugale va complètement se remettre en question.

« Qu’ai-je fait de mal? Pourquoi cette situation? »

Un sentiment de peur envahit la victime, sachant que la moindre dispute peut donner lieu à des coups.

C’est l’anxiété qui gagne peu à peu la victime et l’emmène droit vers la dépression. L’image qu’elle a d’elle-même va se noircir, se ternir avec le temps.

La résignation

La victime va peu à peu entrer dans un cercle sans fin, durant lequel elle va commencer à trouver cette violence normale pour finir par la justifier.

Chaque jour, le degré d’acceptation de la violence va s’accroître pour finir par faire parti intégrante de sa vie.
 

Les marques

Ce peut être un bleu, une griffure… La victime trouvera toujours une échappatoire au comment cela est arrivé.

Ce sera une chute, une maladresse. Elle cherchera par tous les moyens de cacher ces signes de maltraitance afin d’esquiver les questions.
 
Si vous avez le moindre doute, n’hésitez pas à en parler! C’est un devoir, surtout lorsque l’on sait le nombre croissant de victimes de la violence conjugale qui décèdent chaque année.

Il ne faut pas attendre qu’il soit trop tard. Des associations sont à l’écoute et vous donne des pistes afin d’aider la victime.

En voici une :
La Fédération Nationale Solidarité Femme
102 quai de la Rapée
75012 Paris
Tél : 01,40,02,02,33
SOS Femme, violence conjugales
Tél : 01.40.33.80.60

email
%d blogueurs aiment cette page :